Des scientifiques prouvent que les consommateurs de charcuterie ont plus de chance d'avoir un cancer | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
L'étude a été réalisée sur plus de 440 000 personnes, dans 10 pays européens.
L'étude a été réalisée sur plus de 440 000 personnes, dans 10 pays européens.
©Reuters

Risque de morta...

Des scientifiques prouvent que les consommateurs de charcuterie ont plus de chance d'avoir un cancer

Selon un récente étude, les plus gros mangeurs de jambon, saucisses et autres saucissons, sont à 44% plus susceptibles de mourir prématurément que les autres.

Une étude à l'échelle européenne, menée par différents scientifiques de différentes nationalités, révèle que la charcuterie (jambon, bacon, saucisse, etc) augmente considérablement les risques de développer des cancers et des insuffisances cardiaques.

L'étude a été réalisée sur plus de 440 000 personnes, dans 10 pays européens, et a été publiée dans le magazine BMC Medecine. Dans le détail, il en ressort que les plus gros consommateurs de charcuterie (plus de 20 grammes par jour, soit une simple tranche de saucisson) sont à 44% plus susceptibles de mourir prématurément que les autres. Ces niveaux de consommation augmentent le risque de mourir d'une insuffisance cardiaque par 72% et de succomber du cancer par 11%.

Si tout le monde consommait moins de 20g de charcuterie par jour, 3% de morts prématurées pourraient être évitées, selon la professeure Sabine Rohrmann de l’université de Zurich.

Le docteur Carrie Ruxton, nutritionniste pour le Meat Advisory Panel et proche de l'industrie de la viande, a estimé que les résultats de l'étude n'étaient pas assez probants pour justifier un changement de message en termes de santé publique. Le fait que les gros consommateurs de charcuterie collectionnent par ailleurs d'autres habitudes ou addictions dangereuses ne permet pas d'associer le haut risque de mort prématurée à la simple consommation de charcuterie, analyse la spécialiste.

Lu sur The Guardian

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !