Des risques pour les centrales nucléaires françaises ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Des risques pour les centrales nucléaires françaises ?
©

Sureté

Des risques pour les centrales nucléaires françaises ?

Comme le Japon, la France aussi des centrales au bord de l'eau

L'accident de la centrale nucléaire japonaise de Fukushima secouée par un tremblement de terre, mais aussi menacée par la mer rappelle que la France a aussi des centrales nucléaires situées au bord de l'eau et/ou sur la côte. Et l'une d'entre elles, Blaye, en a subi les conséquences avec un incident (sans conséquences graves) lié à la montée des eaux.


Dans la nuit du 27 décembre 1999, la centrale nucléaire de Blaye fait face à une situation totalement inhabituelle et les mesures de sécurité vont se révéler partiellement insuffisantes : "Des vents soufflent en rafales de 180 à 190 km/h. La puissante et inhabituelle houle sur l'estuaire engendre alors des vagues qui sautent par-dessus la digue de protection. Les installations des réacteurs 1 et 2 sont touchées. Deux circuits de sauvegarde sont hors d'usage, et notamment, à l'intérieur de l'enceinte, le dispositif d'aspersion qui permet de faire baisser la température en cas d'accident. Plus grave : quelques heures plus tard, la moitié des quatre pompes du circuit de refroidissement (SEC) du réacteur numéro 1 tombent en rade." rappelle le quotidien Sud Ouest.


"Face à ces graves avaries, la direction du site nucléaire n'a pas tardé à déclencher le plan d'alerte, lequel a par ailleurs parfaitement fonctionné. Les opérations de pompage ont débuté très rapidement, mettant fin à tout risque d'accident majeur. Les dégâts furent cependant considérables. « Pendant trois semaines, se rappelle un ouvrier de la centrale, on a bossé jour et nuit. Les moteurs du circuit de refroidissement étaient noyés sous 5 mètres d'eau. »" ajoute Sud Ouest.

Lu sur Sud Ouest

Le sujet vous intéresse ?

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !