Des millions de comptes bancaires de JP Morgan piratés | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Des millions de comptes bancaires de JP Morgan piratés
©Reuters

Hacker

Des millions de comptes bancaires de JP Morgan piratés

La cyber-attaque qui a visée cet été la banque américaine a exposé les données de 76 millions de particuliers et 7 millions de PME.

Une révélation dont la banque se serait bien passée. Lorsque le premier établissement américain en termes d'actifs a pris connaissance de l'attaque massive que subissait son réseau, il a bien tenté de nier l'information parue le 27 août dans la presse. Mais face à l'ampleur du piratage, un mois après les faits, JP Morgan Chase s'est enfin résolu à enfin donner des détails. Au total, ce sont 83 millions de comptes qui ont été exposés de mi-juin à mi-août confirme la banque dans un document adressé à la Securities ans Exchange Commission, le gendarme américain des marchés financiers.

"Il n'y a pas de preuves que les informations sur les comptes des clients (…) aient été compromises", minimise la banque. Ainsi les pirates n'auraient eu accès qu'aux listings de noms des 76 millions de particuliers et de 7 millions de PME, et non à leur compte ou mot de passe. Les victimes seraient, selon la banque, les clients qui ont consulté leurs comptes via un ordinateur ou un smartphone. Néanmoins, "aucun mouvement frauduleux concernant le compte d'un client en lien avec cet incident", a précisé l'établissement financier.

JP Morgan Chase a assuré son entière collaboration avec les agences gouvernementales américaines. Fin août, le FBI avait ouvert une enquête sur cette cyber-attaque. Pour le moment, la piste d'une attaque venant de l'étranger est privilégiée.

Lu sur La Tribune

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !