Depuis janvier 2016, plus de 500 policiers sont blessés en service chaque mois | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Depuis janvier 2016, plus de 500 policiers sont blessés en service chaque mois
©

Violences

Depuis janvier 2016, plus de 500 policiers sont blessés en service chaque mois

Selon le ministère de l'Intérieur, ces agressions répétées s'expliquent par les "manifestations violentes contre la loi travail", mais aussi par les "heurts liés à la pression migratoire du Calaisis".

D'après le dernier bilan réalisé par la Direction générale de la police nationale, révélé ce mardi par Le Figaro, 3267 policiers ont été blessés dans l'exercice de leurs fonctions depuis le mois de janvier 2016, soit 544 policiers par mois en moyenne. 

Trois jours après l'agression de quatre policiers avec un cocktail molotov à Viry-Châtillon (Essonne), ces chiffres attestent d'une augmentation de 14% des violences contre les policiers par rapport au premier semestre de l'année 2015. 

Selon le ministère de l'Intérieur, ces agressions répétées s'expliquent par les "manifestations violentes contre la loi travail", mais aussi par les "heurts liés à la pression migratoire du Calaisis", note Le Figaro. 

L'Observatoire national de la délinquance et de la réponse pénale (ONDRP) précise que parmi les fonctionnaires blessés en mission de police, 65 % assuraient des missions liées à la sécurité publique (soit 3684 personnels), et que 27 % étaient affectés au sein de la préfecture de police de Paris (1541 policiers). Enfin, six policiers ont perdu la vie en fonction depuis janvier 2016, dont trois faisant suite à l'usage d'une arme qu'elle soit à feu, blanche ou par destination.

>>>> À lire aussi : Nouvelle attaque de policiers à Viry-Châtillon : ces gangs auxquels l'État est incapable de répondre

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !