Delphine Batho : “Changer de Premier ministre est indispensable” | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Delphine Batho : “Changer de Premier ministre est indispensable”
©REUTERS/Benoit Tessier

Boulets rouges

Delphine Batho : “Changer de Premier ministre est indispensable”

L’ancienne ministre de l’Ecologie, évincée en juillet, distribue des mauvais points au gouvernement au lendemain de la déroute électorale de la gauche aux municipales.

La déclaration sonne comme une petite revanche. Six mois après sa convocation publique via le compte Twitter de Matignon et son éviction du gouvernement, en juillet dernier, pour avoir critiqué le budget, l’ancienne ministre de l’Ecologie Delphine Batho accorde une interview au Parisien, au lendemain de la déroute de la gauche aux municipales. Et elle ne mâche pas ses mots, encore, contre le gouvernement et Jean-Marc Ayrault notamment. 

Interrogée à savoir s’il faut-il changer de Premier ministre, Delphine Batho répond sans détour : "Oui. Ça me paraît indispensable et même le minimum". Dans sa réponse, elle souligne que "ça fait longtemps qu'il y a un problème de gouvernance."

Changer de chef de gouvernement, donc, mais aussi de politique. L’ancienne ministre exhorte donc "ceux qui dirigent le pays aujourd'hui" de "ne pas attendre", de "prendre leurs responsabilités." "Il faut tout changer, d'équipe gouvernementale, de politique. Tout." Un message en forme de bilan cinglant de François Hollande.

"Dès [le mois de] juillet, j'avais tiré la sonnette d'alarme sur la déception [des électeurs de gauche, ndlr]. Ca fait des mois et des mois que tout le monde dit que la gauche va dans le mur. Maintenant nous y sommes", explique l'ancienne ministre, actuellement députée des Deux-Sèvres. "Le mécontentement qui n'a pas été entendu devient désormais de la colère. On a dépassé le stade du doute : nous sommes clairement dans le rejet. Et ma crainte, c'est que ce rejet ne soit pas seulement électoral mais beaucoup plus profond", souligne-t-elle. Pour autant, rien n’est perdu pour la gauche : "Il faut donc se battre" car "il est encore possible d'infléchir le cours du quinquennat".

Lu sur leparisien.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !