Déficit public : Michel Sapin maintient l'objectif de 3% du PIB pour 2015 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Déficit public : Michel Sapin maintient l'objectif de 3% du PIB pour 2015
©

Conviction

Déficit public : Michel Sapin maintient l'objectif de 3% du PIB pour 2015

Le nouveau ministre français des Finances a réaffirmé cette position lors d'un déplacement ce jeudi à Washington.

Le déficit public est LE sujet brûlant pour le nouveau gouvernement. Dès sa prise de fonction, Michel Sapin, le nouveau ministre des Finances, s'est rendu à Bruxelles afin de négocier un délai dans la réduction de ce déficit. Pour rappel, la France doit repasser sous le seuil des 3% du PIB en 2015 afin de respecter ses engagements vis-à-vis de la Commission européenne. Alors que l'Europe pourrait accorder du temps supplémentaire à la France, Michel Sapin s'est montré déterminé ce jeudi à respecter le cap initial.

"L'objectif dit des 3% est un objectif que nous devons maintenir", a-t-il réaffirmé lors d'un déplacement à Washington, précisant ensuite qu'il parlait de l'année 2015, et assurant que c'était "dans l'ordre du faisable". A noter que la France avait déjà bénéficié de deux reports pour atteindre ce seuil l'an prochain. Le ministre des Finances était interrogé sur les récentes prévisions du Fonds monétaire international (FMI), qui a surpris en prévoyant un déficit public français de 3% du PIB alors que beaucoup pensaient cet objectif définitivement enterré.

En effet, selon les nouvelles projections du FMI, le déficit public français (Etat, collectivités locales et Sécurité sociale) devrait  passer de 4,2% en 2013 à 3,7% cette année avant d'atteindre 3,0% en 2015. Fin février, la Commission européenne avait, elle, estimé que la France n'atteindrait pas ses objectifs et que son déficit s'élèverait à 3,9% de son PIB en 2015. Une véritable guerre des chiffres.

lu sur Le Monde.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !