Déficit public : la Cour des comptes est pessimiste | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Déficit public : la Cour des comptes est pessimiste
©

Jusqu'au cou

Déficit public : la Cour des comptes est pessimiste

Les sages estiment que la France compte trop de fonctionnaires. Une donnée qui devrait affecter davantage le déficit public.

Le déficit se creuse de plus en plus et on va dans le mur. La Cour des comptes ne le dit pas comme ceci mais c'est en substance le message qu'elle tente de faire passer aux dirigeants socialistes dans son rapport sur les finances publiques 2013. Si la croissance française était plus basse que les + 0,1 % prévus par le gouvernement pour 2013, comme l'affirment la plupart des observateurs, "le déficit public effectif pourrait se situer entre 3,8 et 4,1 % du PIB" dit-elle. Les sages de la Rue Cambon tirent donc  la sonnette d'alarme et donnent des pistes de réflexion à François Hollande et à son gouvernement.

En effet, selon elle, l'élément majeur consiste à "assurer une maîtrise durable de la masse salariale de l'État". L'augmentation constante des effectifs dans les hôpitaux, l'éducation et les collectivités locales n'est donc pas la bonne voie. La Cour des comptes prévient : si l'État agit ainsi, il sera dans l'incapacité de contrôler sa masse salariale dans les deux années à venir.

Par ailleurs, Didier Migaud, président de l'instituttion pointe du doigt les prévisions de finances publiques du gouvernement dès 2013. Pour lui et l'ensemble des sages, la croissance en berne pose évidemment problème et demande des ajustement. "Les incertitudes sont encore grandes sur les rendements de certains impôts, traditionnellement l'impôt sur les sociétés mais aussi cette année la TVA", analyse la Cour.

La Cour conclut en écrivant que "la réduction des dépenses publiques est indispensable". Dans son rapport, elle présente quelques idées. Reste à savoir si François Hollande prendra le temps de le lire et les appliquera...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !