Déchéance de nationalité : Manuel Valls annonce le maintien de la mesure | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Déchéance de nationalité : Manuel Valls annonce le maintien de la mesure
©Reuters

Symbole

Déchéance de nationalité : Manuel Valls annonce le maintien de la mesure

Le Premier ministre s'est longuement exprimé après le Conseil des ministres pour présenter la réforme constitutionnelle et a annoncé un débat à l'Assemblée nationale le 3 février prochain.

Après le Conseil des ministres, Manuel Valls et une partie de son gouvernement, dont Christiane Taubira, sont venus devant les journalistes pour justifier la réforme constitutionnelle et notamment cette mesure sur la déchéance de nationalité. "C'était un engagement du président de la République devant le Parlement. L'efficacité n'est pas l'enjeu premier, c'est une mesure à caractère symbolique" a-t-il précisé, face aux critiques de son propre camp. 
"Aujourd'hui, c'est un fait consacré dans notre droit, la déchéance de nationalité en cas de terrorisme existe et s'applique déjà, pour les binationaux nés à l'étranger (...). Le gouvernement a décidé de soumettre au Parlement l'extension de la déchéance de nationalité à tous les binationaux. Le champ de cette disposition s'appliquera à des gens définitivement condamnés (...). Les auteurs seront poursuivis et condamnés en France." De cette façon, Manuel Valls a pu saluer "la cohérence et la hauteur de vue" du Président de la République.
Interrogée, Christiane Taubira a rejeté son départ du gouvernement. "La situation est grave. La seule fois où je me suis exprimée sur la déchéance de nationalité, je n'ai pas hésité à dire que ceux qui retournent contre les patriotes s'excluent eux-mêmes de la communauté nationale. Mais ce sujet concerne le droit du sol.(...) La parole première du président a été prononcée au Parlement. La parole dernière du président a été prononcée ce matin au conseil des ministres. Et c'est le point final" a-t-elle conclu. "Chacun a droit à ses doutes, à ses interrogations, à ses questionnements et à ses analyses" a assuré Manuel Valls.

Lu sur France Tv Infos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !