Mort de Richard Descoings : l'autopsie "pas concluante" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Mort de Richard Descoings : l'autopsie "pas concluante"
©

Enquête

Mort de Richard Descoings : l'autopsie "pas concluante"

Les résultats de l'autopsie n'ont pas déterminé les causes du décès du directeur de Sciences Po.

(Mis à jour le 5 avril à 6h10)


Les résultats de l'autopsie n'ont pas permis de déterminer les circonstance du décès de Richard Descoings.
"Elle n'est pas concluante et nous devons faire d'autres tests toxicologiques et de tissus", a déclaré à l'AFP un porte-parole des services du médecin légiste de New York.

Les résultats de ces tests devraient être connus dans une dizaine de jours. Dès la découverte du corps, la police de New York avait indiqué qu'il n'y avait pas de "signe évident de traumatisme" et que les enquêteurs n'avaient "pas de preuve d'acte criminel".


Le directeur de l'Institut d'études politiques de Paris, Richard Descoings a été retrouvé mort mardi dans sa chambre d'hôtel de New York. Les circonstances sont encore inconnues.

La police de New York a déclaré qu'elle n'avait pas trouvé de "preuve d'acte criminel".

Richard Descoings était aux Etats-Unis pour participer à un colloque rassemblant les grands leaders d'université.

L'homme de 53 ans était depuis 16 ans à la tête de l'école de la rue Saint-Guillaume. Il était à l'origine de nombreux changements au sein de l'institution : ouverture aux étudiants de ZEP, aux étudiants étrangers ou encore hausse des droits d'inscription tempérée par des bourses.

Des élèves de l’Institut d’études politiques de Paris, s’étaient spontanément réunis pour rendre hommage à leur directeur.

Nicolas Sarkozy a rendu hommage "à la carrière exceptionnelle d'un grand serviteur de l'Etat, qui aura consacré toute sa vie à la cause qu'il s'était choisie et dont rien ne l'avait détourné: l'éducation". Le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé a déclaré : "La France a perdu aujourd'hui un éminent représentant de l'école française de sciences politiques, un infatigable acteur du rayonnement universitaire de notre pays dans le monde, un remarquable artisan du renouveau d'une institution phare de l'universitaire française".

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon et le président de l’Université de Columbia Lee C. Bollinger se sont déclarés "profondément attristés". Dans un communiqué, ils saluent la mémoire d’ "un leader mondial dans le domaine de la politique éducative, reconnu et honoré en France et dans le monde".

Le secrétaire général de l’UMP, Jean-François Copé s’est dit "bouleversé" par l’annonce du décès de Richard Descoings. C’était "un grand Français qui a transformé, modernisé cette grande école pour en faire une école performante au niveau international", a-t-il ajouté.

Luc Chatel, le ministre de l’Education nationale salue un "esprit visionnaire". Le leader du MoDem François Bayrou a évoqué "un esprit original et entreprenant qui faisait bouger les choses."

La première secrétaire du PS, Martine Aubry a déclaré que Richard Descoings avait été "un grand serviteur de l’État et il a été, surtout, celui qui a voulu, y compris dans une grande école, restaurer la promesse républicaine".

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !