De nouvelles manifestations en Côtes-d'Armor contre l'extraction de sable | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
De nouvelles manifestations en Côtes-d'Armor contre l'extraction de sable
©Pixabay

Le sable de la discorde

De nouvelles manifestations en Côtes-d'Armor contre l'extraction de sable

Presque 2000 personnes se sont réunies à Trébeurden dans les Côtes-d'Armor pour manifester leur opposition à l'extraction de sable en baie de Lannion.

 

C'est près de 2000 personnes qui se sont réunies ce dimanche 13 août  à Trébeurden dans les Côtes-d'Armor pour manifester leur opposition au projet d'extraction de sable  en baie de Lannion. Munis de banderoles et pancartes, les manifestants étaient accompagnés d'élus locaux et l'association "Le Peuple des Dunes" présidée par Alain Bidal était présente. Le 30 août plusieurs élus de la région ont rendez-vous à Bercy pour rencontrer Bruno Le Maire, ministre de l'Economie.

"Nous allons lui demander de quelle façon il va arrêter l'extraction de sable" a déclaré Alain Bidal à l'AFP.

Pourquoi tant d'émoi

Le sable de la baie de Lannion est utilisé pour l'agriculture. Naturellement calcaire car composé principalement de morceaux de coquillages, il permet, répandu sur les exploitations de réduire l'acidité des terres bretonnes de manière naturelle.

Les opposants à l'extraction craignent, eux, que cette extraction est dangereuse pour la faune locale, la pêche et le tourisme. En janvier 2015, le collectif "Le Peuple des Dunes" faisait valoir qu'il existait des alternatives à cette extractions, comme le calcaire terrestre ou encore la boue du mont Saint-michel.

Malgré les nombreuses réticences des élus et de la population locale, Emmanuel Macron, alors ministre de l'Economie en 2015 avait donné son accord à la poursuite de ce projet, ce qui avait engendré un décret autorisant l'extraction en septembre de la même année

 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !