Dans un enregistrement audio, John Kerry évoque ses regrets quant à la gestion de la crise syrienne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Dans un enregistrement audio, John Kerry évoque ses regrets quant à la gestion de la crise syrienne
©Sergei Karpukhin / Reuters

Frustration

Dans un enregistrement audio, John Kerry évoque ses regrets quant à la gestion de la crise syrienne

"J'ai défendu l'usage de la force, mais les choses ont évolué différemment. Personne n'est plus frustré que moi", a confié le secrétaire d'Etat américain lors d'une réunion.

Un enregistrement audio dévoilé le 1er octobre par le New York Times révèle le sentiment du secrétaire d'État américain sur la gestion de la guerre en Syrie par son pays. John Kerry regrette notamment que les États-Unis ne soient pas intervenus militairement contre le régime de Bachar el-Assad pour mettre un terme au conflit. 

"Je pense que vous faites allusion à trois ou quatre personnes au gouvernement qui ont toutes défendu l'usage de la force, et j'ai perdu (…) J'ai défendu l'usage de la force (...), mais les choses ont évolué différemment. (...) Personne n'est plus frustré que moi", assure-t-il dans ce document audio enregistré lors d'une rencontre avec une organisation de civils syriens, à laquelle ont assité une vingtaine de personnes. 

L'authenticité de ce document sonore n'a pas été démentie par le porte-parole du département d'État John Kirby, qui s'est contenté de préciser : "Sans vouloir commenter cette discussion privée, le secrétaire Kerry a reconnu avoir eu la chance de rencontrer cette organisation de Syriens, d'entendre leurs inquiétudes et d'exprimer notre objectif continu de mettre un terme à cette guerre civile". 

Selon plusieurs observateurs de la vie politique américaine, John Kerry a toujours encouragé en privé le président Barack Obama s'impliquer davantage sur le terrain en Syrie, notamment pour écarter Bachar el-Assad du pouvoir. La diffusion de ces enregistrements pourraient ainsi entacher la crédibilité des États-Unis dans leurs négociations avec la Russie et le régime syrien. 

>>>> À lire aussi : Recours aux armes chimiques par le gouvernement syrien et l’Etat Islamique : comment l’inaction d’Obama pourrait préparer le terrain à une opération par Hillary Clinton en 2017

Lu sur The New York Times

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !