Crue de la Seine : l'OCDE estime qu'elle toucherait 5 millions de personnes et provoquerait jusqu'à 30 milliards de dommages | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Crue de la Seine : l'OCDE estime qu'elle toucherait 5 millions de personnes et provoquerait jusqu'à 30 milliards de dommages
©

Scénario catastrophe

Crue de la Seine : l'OCDE estime qu'elle toucherait 5 millions de personnes et provoquerait jusqu'à 30 milliards de dommages

104 ans après la grande crue de 1910, la région reste très vulnérable en dépit des nombreux travaux réalisés.

"Une crue de la Seine aurait des conséquences désastreuses pour toute la France". Les spécialistes sont formels. Et la nouvelle étude rendue ce vendredi par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) tend encore à le démontrer. Selon l'organisation, une inondation majeure pourrait affecter 5 millions de personnes de la métropole francilienne et surtout provoquer jusqu'à 30 milliards d'euros de dommages.

Autre conséquence, 1,5 million de Franciliens seraient privés de courant et 1,3 million d'eau potable. L'OCDE indique qu'une "inondation de la Seine impacterait directement et indirectement de nombreuses entreprises, avec des conséquences économiques, humaines et sociales significatives". Au total en Ile-de-France, 56 700 entreprises et 630 000 emplois sont potentiellement exposés. Les transports publics pourraient être aussi très touchés sur une large portion avec notamment près de 140 km du réseau de métro fermés préventivement.

L'impact dépasserait la région parisienne. En affectant les principaux lieux de décisions économiques et politiques, une crue centennale provoquerait des dommages estimés par l'OCDE entre 3 et 30 milliards d'euros. Et sur cinq ans, l'impact sur le PIB serait compris entre 0,1 et 3%.

Pour anticiper tout ce chaos, les pouvoirs publics français se préparent de plus en plus activement à ce scénario catastrophe. Pour preuve, l'Etat a mis en place le 15 janvier dernier un comité stratégique piloté par les préfets de région et de police et chargé d'associer l'ensemble des acteurs, des élus aux responsables économiques. Un exercice placé sous le nom de code "Evagglo" avait également eu lieu fin 2012 à grande échelle pour tester la réactivité des services concernés.

Pour l'OCDE, l'absence de crue significative depuis près de 60 ans et la mise en place de barrages écrêteurs ont contribué à faire disparaître la mémoire collective du risque d'inondation. A tort...

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !