Croissance : 0,4% d'augmentation du PIB en 2014, Michel Sapin optimiste pour 2015 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Le ministre des finances table sur une croissance de 1% du PIB en 2015.
Le ministre des finances table sur une croissance de 1% du PIB en 2015.
©Reuters

Léger rebond

Croissance : 0,4% d'augmentation du PIB en 2014, Michel Sapin optimiste pour 2015

L'Insee a publié ce vendredi matin les chiffres de la croissance de 2014. Le ministre des finances anticipe un "redémarrage plus net de l'activité en 2015".

La croissance du PIB en 2014 aura été identique à l'année 2013. Selon les chiffres publiés par l'Insee ce vendredi matin, le PIB a progressé de 0,1% en France au quatrième trimestre 2014, "ce qui porte sa croissance sur l'ensemble de l'année à +0,4%. L'institut a revu à la hausse les chiffres la croissance de 2013 à 0,4% contre 0,3%.

Ce matin, Michel Sapin, le ministre des finances, s'est réjoui des "derniers signaux économiques", qu'il a jugés "encourageants", selon Le Point. Ces chiffres sont de nature à "conforter notre prévision de croissance de 1% en 2015", a-t-il estimé.

"En 2014, la croissance aura été de 0,4%, comme nous l'avions prévu et annoncé dès la fin de l'été", a commenté le ministre des finances, selon RTL. Un chiffre "évidemment encore trop faible", a-t-il ajouté, soulignant néanmoins que les conditions étaient "réunies pour permettre un redémarrage plus net de l'activité en 2015.

Sur l'ensemble de l'année 2014, le PIB a évolué en dent de scie, preuve de la faiblesse de l'activité, soulignent Les Echos. Une fragilité qui pèsera sur la croissance de l'année 2015. Au premier trimestre, l'Insee et la Banque de France prévoient pourtant un léger rebond de l'activité (0,3 à 0,4%), selon le quotidien économique.

Lu sur RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !