Crise des migrants : un grand marchandage en préparation entre l'UE et la Turquie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Crise des migrants : un grand marchandage en préparation entre l'UE et la Turquie
©Reuters

Donnant-donnant

Crise des migrants : un grand marchandage en préparation entre l'UE et la Turquie

Ankara s'engagerait à retenir les populations que l'Europe peine à accueillir en échange d'une aide financière et d'une reprise du dialogue sur l'entrée de la Turquie dans l'UE.

Un futur deal entre la Turquie et l'Union européenne? C'est ce que laisserait transparaitre les derniers échanges entre les deux parties. Les dirigeants européens étaient réunis ce jeudi 15 octobre à Bruxelles pour aborder la question des migrants. Et les leaders de l'UE auraient discuté d'un accord avec la Turquie.

Selon le journaliste de France 2 Guillaume Daret, "l'Union européenne met un milliard d'euros sur la table pour que la Turquie contrôle mieux ses côtes, ses frontières maritimes avec la Grèce, qui est un point de passage vers l'Europe. En clair, les 28 souhaitent qu'Ankara retienne les populations que l'Europe a du mal à accueillir". La BBC parle elle d'une demande turque d'environ 3 milliards d'euros d'aide pour endiguer le flux.

En échange, l'Union européenne aurait également promis d'accélérer les procédures de visa et de donner une nouvelle impulsion au dialogue concernant l'entrée du pays dans l'UE. Alors que 600.000 migrants ont atteint l'Europe, la plupart est passée par la Turquie.

Le président du Conseil européen Donal Tusk se serait déclaré "prudemment optimiste" sur cet accord. La chancelière allemande Angela Merkel devrait discuter de "ce deal" avec le président turc Erdogan lors d'un déplacement à Ankara ce week-end.

Lu sur France Tv Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !