Crise des migrants : Bernard Cazeneuve veut améliorer la détection des faux passeports syriens | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Deux des terroristes qui se sont faits sauter devant le Stade de France le 13 novembre étaient en possession de passeports syriens falsifiés.
Deux des terroristes qui se sont faits sauter devant le Stade de France le 13 novembre étaient en possession de passeports syriens falsifiés.
©Reuters

Contrôle aux frontières

Crise des migrants : Bernard Cazeneuve veut améliorer la détection des faux passeports syriens

"Les conditions de contrôle aux frontières extérieures de l'Union des documents de voyage présentés par les réfugiés constituent un enjeu extrêmement prégnant et préoccupant", s'alarme le ministre.

Dans une lettre adressée ce lundi à la Commission européenne, le ministre français de l'Intérieur s'inquiète des trafics de faux passeports syriens, et demande à l'UE d'intensifier leur détection aux frontières extérieures, notamment en Grèce et en Italie. "Les attentats du 13 novembre à Paris et à Saint-Denis ont malheureusement montré que certains terroristes entendent gagner nos pays et y commettre des projets criminels en se joignant (aux) flux de migrants et de réfugiés", écrit notamment le ministre. En effet, deux des terroristes qui se sont faits sauter devant le Stade de France le 13 novembre étaient en possession de faux passeports syriens, tout comme Ahmed Dahmani, un Belge de 26 ans arrêté mi-novembre en Turquie dans l'enquête sur les attentats de Paris.

Selon Bernard Cazeneuve, "les conditions de contrôle aux frontières extérieures de l'Union des documents de voyage présentés par les réfugiés constituent un enjeu extrêmement prégnant et préoccupant, en raison de la circulation avérée de passeports vierges volés dans les administrations publiques des territoires passés sous l'emprise du groupe djihadiste Etat islamique. D'autres passeports auraient également été récupérés sur des personnes décédées, comme des soldats syriens ou des victimes civiles de bombardements, puis revendus à des personnes ressemblant à ces dernières".

Lu sur Europe1.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !