Crise à Libération : un dépôt de bilan d'ici mai ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Crise à Libération : un dépôt de bilan d'ici mai ?
©

Chute libre

Crise à Libération : un dépôt de bilan d'ici mai ?

Le sort du journal se jouera d'ici avril-mai, avec soit une transformation autour d'un espace culturel, soit un dépôt de bilan avec reprise probablement partielle, selon des sources proches du dossier.

Rien ne va plus à Libération : à court d'argent, le quotidien pourrait être amené à déposer le bilan dans quelques semaines, assure le site de Jean-Marc Morandini. Il cite des "sources proches du dossier" selon lesquelles deux options sont envisagées : "une transformation autour d'un espace culturel et d'un réseau social, projet encore à financer, ou un dépôt de bilan avec reprise probablement partielle".

Un dépôt de bilan rapide du journal lui permettrait d'effacer une partie des dettes. Il pourrait être décidé par le tribunal de commerce, qui a nommé un conciliateur il y a plusieurs mois, ou par les actionnaires. S'il avait lieu et qu'un repreneur était intéressé, il chercherait probablement à réduire les charges. "Aucun investisseur n'accepterait de venir maintenant pour reprendre le journal en l'état", explique la source de Jean-Marc Morandini.

Sans trésorerie et fortement endetté, Libération n'a déjà pu passer le cap de janvier-février que grâce à un versement anticipé par l'Etat d'une partie des aides à la presse. Une procédure qui ne permettra pas au journal d'assurer sa survie très longtemps : l'Etat peut encore lui verser un million d'euros, mais ça ne lui permettra de tenir que quelques semaines de plus, selon les mêmes sources.

Selon le Figaro, le journal a aussi obtenu début février du tribunal de commerce un étalement jusqu'en 2017 de sa dette de 6 millions d'euros, sous réserve de la mise en place d'un plan d'économies de 4 millions.


Lu sur Jeanmarcmorandini.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !