L'immigration fait-elle baisser la criminalité aux USA ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
L'immigration fait-elle baisser la criminalité aux USA ?
©

Contre-courant

L'immigration fait-elle baisser la criminalité aux USA ?

C'est la thèse défendue par un universitaire canadien.

Le taux de crimes et délits a atteint son niveau le plus bas depuis près de 50 ans, malgré une crise économique majeure qui a entraîné une hausse du chômage. Plus étonnant encore, la baisse des délits est particulièrement marquée dans les plus grandes villes américaines.

C'est ce qu'estime Richard Florida, directeur du Martin Prosperity Institute de l'Université de Toronto, en soulignant que personne ne semble avoir une bonne explication du phénomène. Il contredit ce qu'il appelle la démagogie du débat public sur l'immigration.

Il ajoute que le lien entre pauvreté et criminalité s'est affaibli au cours des 20 ou 30 dernières années. Idem pour le lien entre race et criminalité. Il y aurait, en fait, un changement culturel en cours, et parle d'un effet Obama : les jeunes noirs ont une vision plus optimiste de leur avenir, qui les éloignerait de la violence.

A ses yeux, il y a un autre facteur encore plus important : la diversité raciale, ethnique et démographique dans les villes. Le crime diminuerait dans les faubourgs les plus pauvres, les plus habités par des minorités. Pour lui, les immigrés sont de très bon voisins, et ils ont une vraie énergie entrepreneuriale.

Quoiqu'il en soit, les crimes et délits violents ont diminué de 5,5% entre 2009 et 2010 selon des statistiques du FBI. On peut aussi voir un graphique de cette évolution sur le site du magazine The Economist, qui estime que personne ne sait pourquoi la criminalité est en baisse aux USA. Il évoque aussi l'effet Obama. Mais le magazine remarque que cette génération bénéficie des jeux vidéo et d'Internet qui incitent à rester chez soi plutôt que rester dehors. Pourquoi pas ?

Lu dans Le Financial Times

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !