Crimée : pourquoi la Turquie pourrait (aussi) réclamer la péninsule | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Histoire
Crimée : pourquoi la Turquie pourrait (aussi) réclamer la péninsule
©

Rebondissement

Crimée : pourquoi la Turquie pourrait (aussi) réclamer la péninsule

D’après un vieux traité turco-russe de 230 ans, signé par l'impératrice russe Catherine II, la Turquie pourrait être en droit de réclamer la Crimée.

Et si la Crimée entrait dans le giron, non pas russe, mais turc ? Si l’on en croit un traité signé entre les deux empires en 1783, la Turquie serait aujourd’hui en droit de réclamer la Crimée. C’est ce que rapporte lundi 17 mars le blog Voice of Ukraine, citant un article du quotidien turc Hürriyet.

A cette époque, la Crimée était un état allié et sujet de l’empire Ottoman, et ce depuis 1475. Mais la russe lorgnait déjà sur ce petit bout de territoire qui lui offrait un large accès à la mer Noire. A l’issue d’une guerre qui dura près de 10 ans, la Crimée devint russe en 1774. En 1783, Catherine II, impératrice de Russie entre 1762 et 1796, signa alors le traité qui officialisa le transfert de la péninsule de l’empire Ottoman à l’empire russe. Avec des petites lignes. "Un des points les plus importants [du traité, ndlr] est une clause qui stipule les conditions si la péninsule ne déclare pas son indépendance, elle ne peut pas être transféré à un tiers. Sinon, la Crimée retourne automatiquement dans le giron turc", écrit l’auteur.

L’auteur de l’article rappelle qu’après l’éclatement de l’URSS et la naissance de l’Ukraine, la Turquie avait déjà le droit de réclamer la Crimée.

Lu sur Voices of Ukraine

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !