Crash du vol MH17 : les corps des victimes sont arrivés à Kharkiv, la Malaisie a récupéré les boîtes noires | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le crash du vol MH17 a eu lieu le 17 juillet
Le crash du vol MH17 a eu lieu le 17 juillet
©REUTERS/Maxim Zmeyev

Suite

Crash du vol MH17 : les corps des victimes sont arrivés à Kharkiv, la Malaisie a récupéré les boîtes noires

Les corps vont ensuite examinés avant de repartir par avion pour Amsterdam.

La pression des Occidentaux aura finalement porté ses fruits. Les séparatistes pro-russes ont en effet accéléré le processus de remise des corps des victimes du crash du vol MH17. Ces derniers ont en effet quitté la zone de la catastrophe lundi soir et sont arrivés mardi à Kharkiv, un bastion des forces loyalistes. Les 282 corps retrouvés ont été transportés dans un train réfrigéré. Les corps vont ensuite examinés avant de repartir par avion pour Amsterdam. Ils y seront identifiés, puis remis à leurs familles via les services de leurs pays d'origine.

A LIRE AUSSI- Crash du vol MH17 : ce qui rend le deuil plus dur pour les familles

Par ailleurs, là aussi sous la pression de la communauté internationale, les rebelles prorusses ont remis les deux boîtes noires de l'avion de ligne et ont annoncé un cessez-le-feu dans un rayon de 10 kilomètres autour du site du crash. "Nous avons décidé de remettre les boîtes noires aux mains des experts malaisiens", a déclaré le "Premier ministre" de la "République populaire de Donetsk" autoproclamée, Alexandre Borodaï.

"Nous n'avons pas retrouvé les boîtes noires du vol MH 370 (disparu au-dessus de l'Océan Indien - ndlr) et donc nous sommes contents de pouvoir récupérer celles-ci. Je vois que les boites noires sont intactes et avec seulement des altérations mineures" a commenté un expert malaisien. 

Lundi soir, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté une résolution demandant aux séparatistes pro-russes de permettre un accès libre et sécurisé au site du crash et de protéger "l'intégrité" du site.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !