Crash du vol MH17 : l'enquête révèle une "décompression" liée à une "forte explosion" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Un missile est bel et bien à l'origine du crash du vol MH17
Un missile est bel et bien à l'origine du crash du vol MH17
©REUTERS/Maxim Zmeyev

On en sait un peu plus

Crash du vol MH17 : l'enquête révèle une "décompression" liée à une "forte explosion"

L'étude des boîtes noires de l'avion confirme donc la thèse du missile selon le Conseil national de Sécurité et de Défense ukrainien.

Il y a dix jours, le vol MH17 de la Malaysia Airlines s'écrasait à l'est de l'Ukraine avec à son bord 298 passagers. Depuis, beaucoup de choses ont été dites, beaucoup de théories ont été avancées mais rien de définitif n'a été arrêté. Enfin jusqu'à ce lundi. Car selon les experts du comité chargé d'étudier les causes du crash du MH17 l'analyse des boîtes noires a pu fournir de premières informations. Concrètement, comme le relaie Le Monde, "la destruction et la chute de l'avion ont été causés par une importante décompression liée à une explosion en raison de nombreuses perforations dues à l'explosion d'un missile" a annoncé le Conseil national de sécurité et de défense ukrainien.

Toutefois, le Bureau néerlandais en charge de l'enquête, l'OVV, ne souhaite ni confirmer ni démentir ces informations. "Nous préférons attendre d'avoir une idée plus complète de ce qui s'est passé plutôt que de publier des fragments d'information ici et là", déclare Sara Vernooij, porte-parole de l'OVV.

En revanche, comme l'indique le quotidien national, ce premier élément permet de confirmer la piste d'un missile sol-air ayant abattu en plein vol l'avion, comme l'avait affirmé rapidement après le drame les services secrets américains. Cependant, l'analyse des boîtes noires ne permettra pas de répondre la principale interrogation de ce crash : qui est à l'origine de ce tir de missile ? Sur cette question, l'armée ukrainienne et les séparatistes pro-russes n'en finissent plu de se renvoyer la balle. 

A noter enfin que le crash de ce Boeing pourrait s'assimiler à "un crime de guerre", a déclaré lundi la commissaire de l'ONU pour les droits de l'Homme Navi Pillay. "Tout sera fait" pour que les responsables de ce drame "quels qu'ils soient, soient traduits en justice", a-t-elle insisté dans un communiqué. Et d'ajouter : "Il est impératif qu'une enquête rapide, minutieuse, efficace et indépendante puisse être menée sur cet événement". 

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !