Crash du vol d'AirAsia : Rémi Plésel, le copilote français était aux commandes au moment du drame | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
AirAsia a expliqué que l'appareil disparu avait fait l'objet d'une révision le 16 novembre
AirAsia a expliqué que l'appareil disparu avait fait l'objet d'une révision le 16 novembre
©Reuters

Horreur

Crash du vol d'AirAsia : Rémi Plésel, le copilote français était aux commandes au moment du drame

Selon le rapport des experts, l'avion a effectué une montée très brutale avant de décrocher et de tomber en mer.

Les enquêteurs ont beaucoup progressé et commencent à établir un scénario assez précis de ce qui s'est passé lors du crash de l'avion d'Air Asia le 28 décembre. Ainsi selon leur rapport, Rémi Plésel, le copilote français était aux commandes de l'avion au moment du drame. En revanche, ils ne savent toujours pas la cause précise du crash. Ils ont néanmoins pu constater d'après les éléments à leur disposition que l'avion a effectué une montée très brutale avant de décrocher et de tomber en mer.

"En l'espace de 30 secondes, l'avion est passé de 32 000 pieds (9 700 mètres) à 37 400 pieds (11.400 mètres), avant de chuter pendant trois minutes" a indiqué le chef des enquêteurs, Mardjono Siswosuwarnon, à des journalistes à Jakarta"Le commandant-adjoint était le pilote aux commandes", et le commandant de bord "surveillait le vol" a-t-il ajouté . Sur la base des données des boîtes noires, ils ont transmis ce jeudi un rapport préliminaire à l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), obligatoire 30 jours après la date de l'accident. 

L'Airbus A320-200 avait décollé de la ville indonésienne de Surabaya pour Singapour et disparu des écrans radars environ une demi-heure plus tard. 162 personnes étaient à bord. Seule une soixantaine de corps a été repêchée. Les autorités ont annoncé avoir arrêté les recherches.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !