Covid-19 : le confinement est officiellement prolongé jusqu'au 3 mai en Italie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Covid-19 : le confinement est officiellement prolongé jusqu'au 3 mai en Italie
©TIZIANA FABI / AFP

Résilience du peuple italien

Covid-19 : le confinement est officiellement prolongé jusqu'au 3 mai en Italie

Le gouvernement italien a décidé de prolonger ce vendredi 10 avril le confinement jusqu'au 3 mai 2020. Le pays est l’un des plus durement touchés en Europe par le coronavirus avec l’Espagne et la France.

Alors que les autorités françaises s’apprêtent à officialiser la date de la prolongation du confinement, le Premier ministre italien Giuseppe Conte s’est exprimé sur ce sujet : 

"Nous prolongeons les mesures restrictives jusqu'au 3 mai, une décision difficile mais nécessaire dont j'assume toute la responsabilité politique".

Les mesures de confinement devaient en principe s’interrompre le 13 avril en Italie avant cette nouvelle annonce de Giuseppe Conte. L'Italie est confinée depuis le 8 mars. A titre de comparaison, le confinement avait débuté le 17 mars en France (deux jours après le premier tour des élections municipales).  

Cette mesure sur la prolongation du confinement jusqu'au 3 mai risque malheureusement d'affaiblir encore un peu plus l'économie italienne. De nombreux citoyens italiens vont subir cette crise de plein fouet. Un grand nombre de travailleurs italiens ne disposeraient pas en effet d'un autenthique contrat de travail. Vendredi 3 avril, la ministre italienne du Travail, Nunzia Catalfo, a toutefois confirmé que le gouvernement travaillait sur une mesure permettant le versement d'une aide financière aux personnes qui, avant le début de la crise, travaillaient "au noir", et qui en raison du confinement se sont aussi retrouvées sans revenus. Elle devrait être intégrée dans un décret prévu pour la première moitié du mois d'avril. Les travailleurs "au noir" seraient notamment assimilés aux "travailleurs précaires" auxquels l'exécutif veut garantir un "revenu d'urgence". Les auxiliaires de vie et les personnes dont le dernier CDD n'a pas été renouvelé à cause de la crise, qui se retrouvent exclus des soutiens financiers assurés jusqu'à présent aux salariés et aux indépendants inscrits à des caisses de prévoyance privées, seront concernés par ce dispositif exceptionnel.

Le gouvernement italien a estimé que 3 millions de personnes pourraient bénéficier de ce "revenu d'urgence", qui coûtera à l'Etat 3 milliards d'euros. Son montant exact, qui n'a pas encore été défini, devrait être de plusieurs centaines d'euros pour chaque citoyen concerné. 

Certains secteurs en Italie seront néanmoins autorisés à reprendre leurs activités dès le 14 avril comme les librairies ou les magasins pour bébés

En France, le gouvernement a d’ores et déjà annoncé que le confinement serait aussi prolongé au-delà du 15 avril, sans toutefois préciser la durée et la date exacte. Emmanuel Macron doit s’exprimer ce lundi sur le sujet. Edouard Philippe pourrait s’exprimer également dans les heures ou dans les jours à venir, selon certains médias. 

Le gouvernement français est néanmoins confronté à un dilemme de taille dans son équation pour réussir la stratégie de la sortie de crise et du déconfinement. Les "ponts" du 1er mai et du 8 mai tombant un vendredi, samedi et dimanche vont-ils se dérouler dans une France "déconfinée" ? Les manifestations syndicales du 1er mai vont-elles être annulées tout comme les distributions de muguet ? 

De nombreuses questions se posent également en France sur les "vacances" d’été. Les Français pourraient être amenés à travailler dès la fin du confinement afin d’aider à relancer l’économie.  

Franceinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !