Covid-19 : une importante étude américaine n'a trouvé aucun lien entre vaccin ARN messager et décès | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Vaccination
Vaccination
©Jeff J Mitchell / POOL / AFP

Covid-19 : une importante étude américaine n'a trouvé aucun lien entre vaccin ARN messager et décès

Les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ont déclaré que 92% des effets secondaires signalés après des injections de vaccins Pfizer et Moderna étaient légers

Environ 4 500 personnes (dont plus de 80 % sont des personnes âgées de 60 ans et plus) sont décédées après avoir été vaccinées, aux États Unis, de décembre 2020 à juin 2021 selon une importante étude américaine signalée par la BBC.

Mais aucun signe inhabituel dans les données n'a été détecté qui pourrait suggérer un lien avec le vaccin lui-même.

L'auteur de l'étude, le Dr Tom Shimabukuro, a déclaré: "[Il est] rassurant que les réactions aux deux vaccins à ARNm soient généralement bénignes et disparaissent après un ou deux jours - confirmant les rapports des essais cliniques et la surveillance post-autorisation.

Les chercheurs ont examiné les "événements indésirables" signalés après l'injection de 300 millions de doses de vaccin aux États-Unis entre décembre 2020 et juin 2021.

  • Les effets secondaires les plus fréquents étaient les maux de tête, la fatigue, la fièvre et les frissons
  • Sur plus de 22 000 événements enregistrés comme graves, le plus courant était l'essoufflement

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !