Le coût de l'essence a baissé depuis 30 ans | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Le coût de l'essence a baissé depuis 30 ans
©

Façon de compter

Le coût de l'essence a baissé depuis 30 ans

Une étude montre qu'il coûte moins cher qu'en 1980 de rouler en voiture. Le bus et le TER restent trois à six fois moins chers.

La part des dépenses liées au carburant dans le budget des Français a baissé depuis 30 ans, selon une étude de la Fédération nationale des associations d'usagers des transports (Fnaut). Pour Jean Sivardière, président de la Fnaut, "aujourd'hui, cela coûte trois fois moins cher de faire 100 km qu'il y a trente ans". La raison : "les salaires ont augmenté plus vite que les prix de l'essence et les taux de fiscalité ont faibli". En 1970, il fallait travailler 22 minutes pour payer un litre d'essence, contre 8 minutes en 2010.

Pour autant, l'entretien et la réparation des véhicules ont beaucoup augmenté, la voiture coûte donc "beaucoup plus cher que ce que croit l'automobiliste", car il n'a l'impression de payer que l'essence, le parking et les péages.

En moyenne, pour les trajets inférieurs à 80 km, chaque kilomètre en voiture coûte 25 centimes, contre 9 centimes en transports en commun (bus et TER), selon l'étude menée par l'économiste des transports Jean-Marie Beauvais. Les transports en communs coûtent plus cher en province (13 centimes par voyageur) qu'en Ile-de-France (11 centimes) et le TER est le transport le moins cher (7 centimes par kilomètre).

Malgré ce différentiel, les transports en commun représentent seulement 12% des courts trajets. La Fnaut préconise donc l'instauration de péages urbains, l'augmentation du prix des parkings et la hausse de la TIPP (Taxe intérieure sur les produits pétroliers) régionale. A défaut, elle propose de mettre l'accent sur la pratique de "l'éco-conduite", un comportement plus souple qui permet une économie de carburant de 15%.

Lu sur L'Expansion

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !