Costa Concordia : le paquebot est enfin redressé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
L'opération de redressement du Costa Concordia est désormais achevé
L'opération de redressement du Costa Concordia est désormais achevé
©REUTERS/Tony Gentile

Fin des opérations

Costa Concordia : le paquebot est enfin redressé

Le chef de l'opération, le Sud-Africain Nick Sloane, a été accueilli en héros par des applaudissements sur les quais.

Après moult péripéties, le Costa Concordia est enfin redressé. Tôt ce mardi matin, "l'opération de 'parbuckling' (rotation, ndlr) s'est achevée. Le bateau a atteint la verticale, nous sommes arrivés à zéro degré", a annoncé lors d'une conférence de presse Franco Gabrielli, le chef de la protection civile italienne. Ainsi, pour la première fois depuis le 13 janvier 2012, le flanc rouillé après tout ce temps passé sous l'eau se trouvait entièrement redressé.

"Le voir ressortir de l'eau est très émouvant pour moi. Je ne pouvais pas rater ça. J'aurais pu périr sur le bateau et en fait je suis là pour raconter mon histoire", a déclaré Luciano Castro, un rescapé, présent sur place avec une centaine d'autres personnes. Le maire adjoint de l'île du Giglio, Mario Pellegrini, qui avait été mobilisé toute la nuit du naufrage le 13 janvier 2012 pour sauver les passagers, s'est quant à lui dit "sous le choc". L'épave "commence à ressembler au navire cette nuit-là", a-t-il affirmé.

Le chef de l'opération, le Sud-Africain Nick Sloane, qui gérait toute l'opération depuis une "salle de contrôle" à bord d'une plate-forme flottante, a été accueilli en héros par des applaudissements sur les quais a constaté un journaliste de l'AFP. Il faut dire que l'opération était titanesque et qu'elle avait pris un peu de retard notamment en raison d'une maintenance sur les câbles de traction effectuée par des techniciens-alpinistes spécialisés. Maintenant que le paquebot est redressé, des spécialistes vont pouvoir se mettre à la recherche des deux derniers corps manquant à l'appel : une passagère italienne et un serveur indien.

lu sur Les Echos.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !