Corse : le tribunal administratif de Bastia valide l'arrêté "anti-burkini" à Sisco | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Corse : le tribunal administratif de Bastia valide l'arrêté "anti-burkini" à Sisco
©Reuters

Décision de justice

Corse : le tribunal administratif de Bastia valide l'arrêté "anti-burkini" à Sisco

L'arrêté avait été pris par le maire de la commune après une bagarre entre des villageois et des personnes d'origine maghrébine.

La requête en référé de la Ligue des droits de l'homme visant à suspendre l'arrêté "anti-burkini" pris par le maire de Sisco a été rejetée mardi 6 septembre par le tribunal administratif de Bastia. L'arrêté avait été pris par le maire de cette commune de Haute-Corse après une bagarre entre des villageois et des personnes d'origine maghrébine. 

Évoquant la décision du Conseil d'État, qui a récemment suspendu un arrêté similaire, le juge du tribunal administratif de Bastia estime qu'"en l'espèce, compte tenu des récents événements (...), la présence (...) d'une femme portant un costume de bain de la nature de ceux visés par l'arrêté (...) serait (...) de nature à générer des risques avérés d'atteinte à l'ordre public qu'il appartient au maire de prévenir".

En dépit de la suspension par le Conseil d'Etat d'un arrêté comparable à Villeneuve-Loubet (Alpes-Maritimes), l'interdiction du burkini avait été maintenue. "Je ne me sens pas concerné par la décision du Conseil d'Etat", avait expliqué le maire à l'AFP. "Mon arrêté n'était pas de la prévention, je l'ai pris pour la sécurité des biens et personnes de ma commune, je risquais d'avoir des morts !", avait-t-il estimé. 

>>>> À lire aussi : La politique étrangère pourrait-elle sauver le candidat Hollande face à l'hystérie de la droite et de la gauche autour du burkini ?

Lu sur France TV Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !