Corruption au Pentagone français ?<!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Corruption 
au Pentagone français ?
©

Favoritisme

Selon le Canard Enchaîné, deux juges enquêtent sur le chantier du futur ministère de la Défense.

Y a-t-il eu "corruption active et passive""trafic d'influence" et "atteinte à la liberté d'accès et à l'égalité des candidats dans les marchés publics" sur le chantier du futur siège du ministère de la Défense, le "Pentagone français", attribué à Bouygues ? Ce sont en tout cas les motifs de l’information judiciaire ouverte par le parquet de Paris, selon Le Canard Enchaîné daté de mercredi. Une source judiciaire a confirmé que l’enquête était effectivement en cours.

En cause, selon le quotidien satirique, un haut responsable du ministère de la Défense qui serait soupçonné d'avoir transmis le cahier des charges du marché à un dirigeant de Bouygues avant ses concurrents. Ce qui, forcément, aurait avantagé l’entreprise. Le document donne ainsi des détails sur les besoins et les demandes du ministère pour son "Pentagone". Les soupçons sont d’autant plus forts qu’un intermédiaire, connu pour d’autres affaires de corruption, aurait mis en relation le cadre de Bouygues et le fonctionnaire du ministère de la Défense. Deux juges d’instruction seraient en charge d’une enquête depuis février.

Interrogé mardi soir, le ministre de la Défense Gérard Longuet s’est dit "d'une sérénité totale" et "au service de la justice dans le cadre de cette affaire". Le groupe Bouygues a pour sa part assuré ne pas être informé de cette procédure et qu’il ne souhaitait pas faire de commentaire.

Le chantier du "Pentagone français" prévoit pour 2014 le regroupement de services du ministère de la Défense dans un même complexe, dans le 15e arrondissement parisien. Il devrait coûter entre 2,7 et 4 milliards d’euros à l’Etat. 

Lu sur Le Monde.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !