Syrie : le Conseil de sécurité "moralement responsable" de la répression selon la France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Syrie : le Conseil de sécurité "moralement responsable" de la répression selon la France
©

Immobilisme

Syrie : le Conseil de sécurité "moralement responsable" de la répression selon la France

L'ambassadeur de France, Gérard Araud a également déclaré qu'il était "scandaleux que le Conseil de sécurité n'ait pas pu exercer une pression sur les autorités syriennes."

L'ambassadeur de France, Gérard Araud a déclaré que le Conseil de sécurité était "moralement responsable de ce qui se passe aujourd'hui en Syrie." "Il est scandaleux que le Conseil, du fait de l'opposition de certains membres et du fait de l'indifférence des autres, n'ai pas pu agir pour exercer une pression sur les autorités syriennes", a-t-il également déclaré.

La haut-commissaire aux droits de l'homme de l'ONU, Navi Pillay a déclaré que "probablement plus" de 5000 personnes auraient été tuées dans la répression des manifestations en Syrie.

Navi Pillay a présenté ce bilan devant le Conseil de sécurité de l'ONU en évoquant une "situation intolérable". En plus de ce bilan de 5000 tués, plus de 14000 personnes ont été arrêtées et 12400 auraient fui le pays.

Le Conseil de sécurité n'a toujours pas trouvé d'accord sur une résolution sur la répression en Syrie. Le dernier projet de résolution présenté le 4 octobre avait été invalidé par un double veto de la Russie et de la Chine.

Le régime de Damas a organisé ce lundi des élections municipales. 14 millions d'électeurs étaient appelés aux urnes sur fond de grève générale.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !