Conférence sociale : deuxième jour sur fond de crise et de crispations | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Conférence sociale : deuxième jour sur fond de crise et de crispations
©

T'es tendu ou t'es pas tendu ?

Conférence sociale : deuxième jour sur fond de crise et de crispations

François Hollande a lancé jeudi, au premier jour de la rencontre un appel à combattre "le doute, la défiance et le désarroi".

Attendue pour les uns, redoutée pour les autres, la conférence sociale a débuté jeudi. François Hollande a prononcé un discours devant les principales organisations syndicales du pays, dans lequel il s'est voulu rassurant. "Il y a des signes encourageants pour l'économie, comme un rebond de la production industrielle ou un redémarrage des embauches hors intérim" a-t-il indiqué ajoutant que "le sérieux budgétaire ne sera pas l'austérité".

Ce vendredi, les principaux protagonistes de cette conférence vont travailler sur des dossiers plus concrets puisque seront évoqués, les retraites, l'emploi et le contexte économique global. Cette présentation de la feuille de route devrait se faire dans un climat tendu entre les partenaires sociaux et sur fond d'escalade du chômage et de baisse du pouvoir d'achat. En effet, les mauvaises nouvelles s'accumulent.

Jeudi, les prévisions de l'Insee ont montré que le chômage devrait continuer de grimper fin 2013 pour atteindre 10,7% en métropole, un niveau très proche du record. Alors que le gouvernement estime avoir mis en place l'essentiel des outils pour combattre le chômage, les grandes centrales syndicales réclament davantage. Le numéro un de la CFDT, Laurent Berger a notamment demandé des "propositions précises" avec des "objectifs chiffrés". "On ne peut pas avoir un discours ambitieux sur l'emploi et demain avoir une annonce qui fait pschitt", a-t-il lancé en fin de journée.

Sur le dossier des retraites, la première journée a permis de clarifier les intentions du gouvernement en ce qui concerne la réforme à venir. François Hollande a exclu de reculer l'âge légal de départ et souligné qu'un allongement de la durée de cotisation était "la mesure la plus juste à condition qu'elle soit appliquée à tous et à tous les régimes". Ce deuxième jour s'annonce encore animé...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !