Comptes en Suisse : Pierre Moscovici intransigeant sur l'évasion fiscale | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Pierre Moscovici s'est exprimé sur l'évasion fiscale
Pierre Moscovici s'est exprimé sur l'évasion fiscale
©REUTERS/Philippe Wojazer

Fermeté

Comptes en Suisse : Pierre Moscovici intransigeant sur l'évasion fiscale

Le ministre de l'Economie et des Finances a averti dimanche les fraudeurs fiscaux ayant des comptes en Suisse "qu'il n'y aura "pas d'anonymat" ni "amnistie" ni "arrangement".

Pierre Moscovici ne cèdera rien. Il a assuré que la politique gouvernementale n'évoluera pas d'un iota. Le ministre de l'Economie et des Finances ne fera aucun cadeau aux exilés fiscaux. C'est en tout cas ce qu'il a certifié ce dimanche dans un entretien à la télévision suisse romande. Ainsi, il a averti les fraudeurs fiscaux ayant des comptes en Suisse "qu'il n'y aura "pas d'anonymat" ni "amnistie" ni "arrangement", dans un entretien à la Télévision suisse romande. Et s''adressant aux Français qui ont des comptes non-déclarés en Suisse, Pierre Moscovici leur a rappelé la mesure gouvernementale mise en place depuis quelques semaines. Il existe désormais une procédure "transparente" avec des "pénalités connues" qui leur permet de régulariser leur situation et de mettre fin à ce que le ministre appelle une situation "inconfortable".

Pierre Moscovici a encore évoqué la nouvelle convention sur les successions entre la France et la Suisse signée jeudi à Paris. Selon lui, cette signature est un "pas sur la voie de l'échange automatique d'information", considérée comme la fin du secret bancaire. D'autant plus que selon ses chiffres, cette mesure possède un franc succès. En effet, le ministre de l'Economie et des Finances a assuré que le mouvement de régularisation a pris de l'ampleur dernièrement. Il était d'environ 35 par mois et "c'est passé à 95 par mois et ça peut encore accélérer".

Lu sur Libération

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !