Comptes de campagne : Jean-François Copé dément vouloir faire payer Nicolas Sarkozy | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Comptes de campagne : Jean-François Copé dément vouloir faire payer Nicolas Sarkozy
©

Vrai ou faux ?

Comptes de campagne : Jean-François Copé dément vouloir faire payer Nicolas Sarkozy

Selon "Le Canard enchaîné", le président de l'UMP refuserait également de régler les frais postaux de la lettre de remerciement de l'ancien chef de l'Etat.

"C'est du pipeau total !" Jérôme Lavrilleux, proche collaborateur de Jean-François Copé n'est pas content. Et pour cause, Le Canard enchaîné affirme que l'UMP refuse de payer à la place de Nicolas Sarkozy les 363 615 euros de pénalités prononcés par le Conseil constitutionnel à la suite de l'invalidation de ses comptes de campagne, de même que les 153 000 euros avancés par l'Etat.

Selon Jérôme Lavrilleux, "les 11 millions d'euros que nous avons récoltés couvrent tout, y compris les pénalités et l'avance de l'État. Nous prenons tout à la charge du parti. Nicolas Sarkozy ne paiera rien de sa poche, contrairement aux affirmations du Canard enchaîné". Le journal satirique clame également que le patron de l'UMP ne compte pas régler la facture des frais postaux de la lettre de remerciement que l'ancien chef de l'Etat a adressé aux Français. "C'est également erroné, poursuit Jérôme Lavrilleux. Dès le départ, cela fait partie de notre accord avec l'association des Amis de Nicolas Sarkozy qui a contribué à hauteur de 20 000 euros et qui prendra en charge les frais postaux de la lettre de remerciement".

La liste des démentis ne s'arrête pas là. Selon Le Canard, Jean-François Copé ne ferait pas partie de l'association des Amis de Nicolas Sarkozy. "C'est là aussi une erreur : le président de l'UMP est membre de droit des Amis de Nicolas Sarkozy ainsi que l'indiquent les statuts de l'association. Par conséquent, Jean-François Copé est bel et bien membre de ladite association", conclut-il.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !