Compétitivité : le rapport de l'OCDE enfonce la France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Compétitivité : le rapport de l'OCDE enfonce la France
©

Accablant

Compétitivité : le rapport de l'OCDE enfonce la France

Fiscalité, salaires, réglementation, éducation… Tout serait à réformer.

L'OCDE vient de publier son étude, commandée par l'Elysée, sur la compétitivité de la France. Un rapport sans concession avec l'Etat qui dénonce pèle-mêle l'excès de réglementation, la baisse du niveau d'éducation des jeunes ainsi que du niveau de formation des adultes, la fiscalité qui pèse sur les entreprises, le Smic - trop élevé - et le passage aux 35 heures.

Si la productivité des Français reste l'une des plus élevées du monde, l'OCDE précise que celle-ci a diminué. Un recul "tout juste compensé par des gains de productivité horaire". Les auteurs du rapport indiquent que le passage aux 35 heures généralisées en 2000 constituerait une bonne partie du problème.

Visiblement trop payés, les Français bénéficient d'un salaire minimum "80 % plus élevé que dans la moyenne des pays de l'OCDE". Selon le rapport, ces sommes trop élevées seraient un frein à l'emploi des jeunes. Les salaires auraient, d'une manière générale, augmenté plus vite que la productivité, détériorant ainsi la "compétitivité coût". Selon l'OCDE, "les salaires horaires réels ont baissé en 2008, puis sont repartis à la hausse dès 2009, alors que la productivité horaire continuait de baisser".

L'organisme préconise ainsi que les Français travaillent plus et mieux. Elle considère en effet qu'il est impossible de baisser les salaires, obligeant ainsi la France à faire "un ajustement par le haut". A la France de suivre les conseils de l'OCDE et de réformer la fiscalité, le marché du travail, l'Education, la recherche, l'innovation, l'industrie… Pratiquement tout, en somme.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !