Commission européenne : Moscovici a "de bonnes chances" d'être nommé aux Affaires économiques | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Pierre Moscovici devrait être le prochain commissaire européen aux Affaires économiques
Pierre Moscovici devrait être le prochain commissaire européen aux Affaires économiques
©Reuters

C'est (presque) fait

Commission européenne : Moscovici a "de bonnes chances" d'être nommé aux Affaires économiques

Mais, selon l'hebdomadaire allemand Der Spiegel, l'ancien ministre français serait chaperonné par un vice-président auquel il devrait rendre compte. Le Finlandais Jyrki Katainen serait favori pour ce poste.

Le choix de Pierre Moscovici comme membre français de la future Commission européenne a été officialisé au début du mois d'août  par François Hollande. Mais l'ancien ministre de l'Economie et des Finances est impopulaire en Allemagne. En effet, il avait été accusé par le quotidien Bild d'avoir rendu l'euro "aussi mou que du brie français".  Et dans l'entourage d'Angela Merkel on estimait  que "donner à un Français le rôle de gardien du Pacte de stabilité reviendrait à chasser le diable avec Belzébuth". Pourtant, selon des informations du Der Spiegel, la chancelière se serait résignée à la nomination du Français. Dès lors, à en croire l'hebdomadaire allemand Pierre Moscovici a "de bonnes chances" d'être nommé commissaire européen aux Affaires économiques. 

Toutefois toujours selon Der Spiegel, Berlin conditionnerait son oui. En effet, le Français devrait être chaperonné par un vice-président auquel l'ancien ministre français devra rendre des comptes. Selon le journal allemand,il devrait s'agir d'un "expert en politique budgétaire à la ligne dure, venu du nord de l'Europe". Le Finlandais Jyrki Katainen serait favori pour ce rôle, écrit l'hebdomadaire.

Selon le site Euractiv, "Jean-Claude Juncker (le futur président de la Commission européenne, ndlr) doit rencontrer jeudi 4 septembre Pierre Moscovici pour évoquer une telle configuration". "Jean-Claude Juncker a voulu échapper au syndrome Barroso, à qui on reprochait toujours d’obéir à l’Allemagne. L’opposition d’Angela Merkel au fait de nommer la France au poste des Affaires économiques était un peu trop forte, il a choisi de s’affirmer" croit savoir une source à la Commission européenne, citée par Euractiv.

En contrepartie de l'arrivée de Moscovici, l’Allemagne pourrait se voir confier le poste de commissaire à la Concurrence croit savoir Euractiv. Une fonction aussi "paradoxale que le fait que la France, avec sa dette, ait le poste des Affaires économiques" souligne la source à la Commission. Le verdict sera connu le 9 ou 10 septembre prochain lors de l'annonce de la composition finale de la Commission par Jean-Claude Juncker. 

lu sur Der Spiegel

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !