Commission européenne : Angela Merkel a apporté son soutien explicite à la candidature de Jean-Claude Juncker | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Commission européenne : Angela Merkel a apporté son soutien explicite à la candidature de Jean-Claude Juncker
©

Choix

Commission européenne : Angela Merkel a apporté son soutien explicite à la candidature de Jean-Claude Juncker

La chancelière avait été critiquée dans la presse pour son manque de soutien au candidat du PPE. Ce vendredi, elle a remis les choses au point.

Angela Merkel a décidé de sortir du bois. Pour la première fois, la chancelière allemande a affirmé son soutien explicite à la candidature de Jean-Claude Juncker à la présidence de la Commission européenne. Lors d’un déplacement à Regensburg, elle a indiqué qu'elle conduisait désormais "toutes les discussions précisément dans l’esprit que Jean-Claude Juncker doit devenir le président de la Commission européenne"La chancelière qui avait été critiquée dans la presse pour son manque de soutien au candidat du PPE a donc remis les choses au point ce vendredi.

Les conservateurs de Merkel avaient exprimé leurs doutes quant à la présidence future de Juncker, le jugeant paradoxalement trop européen et "passéiste". Le PPE a remporté 213 sièges sur 751 au Parlement européen. Dès dimanche soir, le candidat du parti avait donc revendiqué le poste. David Cameron, le Hongrois Viktor Orban, le Suédois Fredrik Reinfeldt, le Néerlandais Mark Rutte ou le Finlandais Jyrki Katainen, n'avaient pas apprécié cette attitude. 

Lundi, au lendemain de l’élection, Angela Merkel avait certes salué la campagne de Jean-Claude Juncker "notre candidat au poste de président de la Commission européenne" mais avait aussitôt ajouté qu’il fallait "des discussions" sur les nominations à venir. "Ni les socialistes, ni les conservateurs ne réunissent suffisamment de voix par eux-mêmes pour former une majorité. En tant que membre du PPE, j’ai soutenu Jean-Claude Juncker comme candidat à la présidence de la Commission. (...) Mais je suis obligée de respecter les traités européens" avait dit la chancelière. 

Cependant, Angela Merkel doit participer les 9 et 10 juin à un mini-sommet en Suède, avec les chefs de gouvernement néerlandais, suédois et britannique, tous trois considérés comme hostiles à Juncker.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !