Cœur artificiel : le deuxième porteur "va bien" et a regagné son domicile | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Cœur artificiel : le deuxième porteur "va bien" et a regagné son domicile
©

Succès

Cœur artificiel : le deuxième porteur "va bien" et a regagné son domicile

Le patient âgé de 68 ans avait été opéré au CHU de Nantes au mois d'août 2014, afin que son coeur soit remplacé par une prothèse bioélectronique.

Cinq mois après une opération spectaculaire, un homme désormais doté d'un cœur artificiel a pu regagner son domicile au début du mois de janvier. Cette prothèse bioélectronique baptisée Carmat a été conçue par le professeur Alain Carpentier, en collaboration avec la société Matra. "Ce malade est un miracle" s'est réjoui le professeur Alain Carpentier dans les colonnes du journal Le Parisien ce lundi.

Ce patient âgé de 68 ans avait été opéré au mois d'août dernier après avoir adressé une lettre au professeur Carpentier, dans laquelle il décrivait ses conditions de vie éprouvantes. Si la greffe de cœur est réservée aux patients âgés de moins de 60 ans, un homme de 76 ans, Claude Dany, avait pu survivre 74 jours alors qu'il se trouvait au stade terminal de sa maladie.

Même si sa prothèse s'était alors brutalement arrêtée, son cas a été riche en enseignements pour les prochaines tentatives : "Nous avons constaté qu'un composant électronique avait été soumis à une contrainte hors norme. Ses spécifications ont été modifiées. Tout comme la façon d'utiliser la bioprothèse." a précisé le professeur Carpentier au journal Le Parisien. Le choix des médecins s'est donc porté vers un homme moins âgé et en meilleure santé générale. 

Après avoir été formé à la maîtrise du système d'alimentation de ce nouvel organe, l'homme est désormais autonome et mobile. Il a ainsi pu se rendre sans aucune aide au domicile de son fils, situé à 70 kilomètres de Nantes.

 

 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !