Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Un plan de sauvetage a été adopté pour Chypre et celui-ci pourrait servir à d'autres pays
©

Sauvetage

Chypre : l'accord conclu pourrait faire école selon le président de l'Eurogroupe

Le plan de sauvetage élaboré pour Chypre pourrait servir d'exemple à d'autres pays cherchant à restructurer leur secteur bancaire, a déclaré ce lundi Jeroen Dijsselbloem, le président de l'Eurogroupe.

Un accord a enfin été trouvé. Chypre est sauvé. En effet, un plan de sauvetage du pays a été élaboré in-extremis dans la nuit de dimanche à lundi. Le texte prévoit comme principale mesure de liquider Popular Bank of Cyprus, dite Laïki, et de la séparer en une banque assainie ("good bank") et une structure de défaisance ("bad bank"). Ce texte représente un nouveau cadre de résolution des difficultés bancaires de la zone euro et d'autres pays pourraient devoir restructurer leur secteur bancaire, a déclaré ce lundi Jeroen Dijsselbloem, le président de l'Eurogroupe, au Financial Times.

"Ce que nous avons fait la nuit dernière, c'est ce que j'appelle repousser les risques", a-t-il affirmée lors d'une interview à Reuters et au quotidien britannique.  "S'il y a un risque dans une banque, notre première question devrait être 'd'accord, qu'allez-vous faire, vous, dans la banque ? Que pouvez-vous faire pour vous recapitaliser vous-mêmes ?'", a-t-il ajouté.  "Si la banque ne peut pas le faire elle-même, alors nous discuterons avec les actionnaires et les créanciers obligataires, nous leur demanderons de contribuer en recapitalisant la banque et, si nécessaire, (nous le demanderons) aux détenteurs de dépôts non garantis."

Le chef de file de l'Eurogroupe s'était déjà exprimé plus tôt dans la journée. Il avait estimé que les négociations concernant le plan de sauvetage de Chypre "mettent fin aux incertitudes affectant Chypre et la zone euro". Le montant de l'aide des bailleurs de fonds (UE et FMI) est inchangé et "s'élèvera à 10 milliards d'euros", a-t-il précisé. A deux doigts de sortir de la zone euro, Chypre va donc devoir faire des efforts.

 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !