Christophe Castaner : "il n'y aura pas de loi de finance rectificative" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Christophe Castaner : "il n'y aura pas de loi de finance rectificative"
©Reuters

Statu quo

Christophe Castaner : "il n'y aura pas de loi de finance rectificative"

Le porte-parole du gouvernement annonce qu'il n'y aura pas de hausse des impôts pour financer les "dérives" budgétaires du précédent gouvernement.

Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement, était l'invité ce dimanche du Grand Jury sur LCI, RTL et Le Figaro. Il est revenu sur la délicate question des dépenses publiques, alors que le gouvernement veut faire passer le déficit sous la barre des 3% en 2017. Christophe Castaner a critiqué, sans le nommer, le gouvernement de Bernard Cazeneuve, qui "laissé filer certaines dépenses" à la fin du quinquennat de François Hollande.  "Il y a eu ces premiers mois des dérives dans la gestion de nos comptes. On a laissé filer certaines dépenses (...) je ne veux pas charger la mule, mais c'est une mauvaise tradition", a-t-il déclaré.

Pour autant, "il n'y aura pas de collectif budgétaire, il n'y aura pas de loi de finance rectificative", a-t-il dit, réaffirmant la position du gouvernement. Il n'y aura donc pas de hausse d'impôts pour compenser un éventuelle dérapage budgétaire. "Nous corrigerons le tir par une gestion ministère par ministère", a-t-il affirmé.

La Cour des Compte doit rendre jeudi un audit demandé par le nouveau gouvernement afin d'avoir "une photographie" des comptes publics. L'"opération performance" viendra ensuite: "On veut réduire les déficits budgétaires parce que c'est notre responsabilité. On n'est pas un bon politique quand on dépense plus que ce qu'on a."

Lu sur RTL

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

Déficits publics : les mensonges du dernier programme de stabilité du quinquennat Hollande, les points forts et les points faibles de ceux qui veulent lui succéderBons baisers de François Hollande : ces arbitrages douloureux que va devoir assumer le gouvernement pour faire face à un déficit plus élevé que "prévu"Bruno Le Maire annonce des "décisions difficiles" dès cet été pour repasser sous la barre des 3 % de déficit public

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !