Christiane Taubira : "Je suis extrêmement préoccupée par ce laxisme de la droite" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Christiane Taubira : "Je suis extrêmement préoccupée par ce laxisme de la droite"
©

En colère

Christiane Taubira : "Je suis extrêmement préoccupée par ce laxisme de la droite"

Le Canard enchaîné a révélé ce mercredi que des condamnés avaient dû être libérés en raison d'une vieille erreur administrative remontant à 2004.

Christiane Taubira est en colère. La ministre de la Justice n'a pas apprécié les révélations du Canard enchaîné de ce mercredi et a décidé de taper sur la droite. "Je suis extrêmement préoccupée par ce laxisme de la droite, des gouvernements successifs," a lancé la ministre dans une déclaration à la presse.

Revenant sur le fond du problème, elle a précisé que 6 détenus, sur près de 850 cas examinés, avaient dû être libérés, suite à une erreur administrative commise en 2004, rectifiée en 2012 seulement. Christiane Taubira a dénoncé les gouvernements de droite successifs qui "ont ainsi pris des risques considérables pour la sécurité des Français, pour la protection des victimes et bien entendu pour la récidive car il y a dans cette désinvolture qui a duré plus de huit ans un message d'impunité, puisque des personnes qui ont été condamnées seront élargies du seul fait d'erreurs législatives".

"J'étudie bien entendu toutes les mesures de droit qui peuvent être envisagées," pour éviter ces libérations, a-t-elle souligné. "J'ai demandé que les dossiers soient étudiés minutieusement de façon à voir les dispositions contenues dans les procédures qui pourraient éviter des libérations," a poursuivi Christiane Taubira, assurant que "des personnes concernées (...) n'ont pas été libérées parce que d'autres peines ont pu être mises à exécution" de sorte à "les maintenir en détention". 


Détenus libérables : Taubira "préoccupée par le laxisme de la droite" by francetv info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !