Christiane Taubira : "C’est la cohésion sociale qui est mise à bas" par le racisme | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Christiane Taubira : "C’est la cohésion sociale qui est mise à bas" par le racisme
©

Honteux

Christiane Taubira : "C’est la cohésion sociale qui est mise à bas" par le racisme

La ministre de la Justice a toutefois affirmé que "la France n'est pas raciste", à la sortie du Conseil des ministres.

Christiane Taubira revient ce mercredi pour Libération sur les injures racistes dont elle a récemment été victime. La ministre de la Justice a dû essuyer les "y'a bon Banania", "guenon" et autres bananes agités devant ses yeux. Plus que son propre cas, c'est la situation qui l'inquiète. "Ces attaques racistes sont une attaque au cœur de la République. C’est la cohésion sociale qui est mise à bas, l’histoire d’une nation qui est mise en cause".

Selon elle, le signal envoyé par les agissements de certains est dangereux. "Des millions de personnes sont mises en cause quand on me traite de guenon. Des millions de gamines savent qu’on peut les traiter de guenons dans les cours de récréation !", estime-t-elle. La ministre de la Justice est également frappée par le manque de réactions face à ce problème de société : "Ce qui m’étonne le plus c’est qu’il n’y a pas eu de belle et haute voix qui se soit levée pour alerter sur la dérive de la société française".

En déplacement à Angers, Christiane Taubira avait été traitée de "guenon" par une adolescente de douze ans qui agitait une banane sur son passage. Quelques jours auparavant, la ministre était comparée à un singe par une candidate Front national - exclue du parti, depuis - aux municipales. Elle a toutefois estimé à la sortie du Conseil des ministres de ce mercredi que ces attaques n'étaient pas "les voix de la France" et affirmé que "la France n'est pas raciste". Selon elle, "ça ne dure jamais longtemps et les Français finissent par se venger".

Lu sur Libération

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !