Christian Bourquin : le président PS de la région Languedoc-Roussillon est décédé à l'âge de 59 ans | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Christian Bourquin : le président PS de la région Languedoc-Roussillon est décédé à l'âge de 59 ans
©

Triste nouvelle

Christian Bourquin : le président PS de la région Languedoc-Roussillon est décédé à l'âge de 59 ans

Il présidait l'assemblée régionale depuis fin 2010, où il avait succédé à son mentor Georges Frêche. Ses obsèques auront lieu vendredi 29 août dans la ville de Millas.

Christian Bourquin, le président PS de la région Languedoc-Roussillon, est décédé lundi 25 août au soir des suites d'un cancer du rein à l'âge de 59 ans. Il présidait l'assemblée régionale depuis fin 2010, où il avait succédé à Georges Frêche. Ses obsèques auront lieu vendredi 29 août à Millas. Par ailleurs, un espace de recueillement est prévu ce mardi 26 août dans la région de Montpellier. Une réunion de crise a également été prévue dans la soirée au siège de la fédération socialiste de l'Hérault.

Christian Bourquin est né à Saint-Féliu-d'Amont dans les Pyrénées-Orientales de parents agriculteurs. Il a commencé sa carrière politique dans la même région en devenant secrétaire fédéral de la section départementale du PS en 1992 puis maire et conseiller général de Millas. Il a ensuite été élu député en 1997, puis président du conseil général des Pyrénées-Orientales de 1998 à 2010. C'est à cette date qu'il a succédé à son mentor Georges Frêche, qui venait de décéder d'une crise cardiaque, avant d'être élu au Sénat.

S'il gardait la main sur les affaires de la section PS des Pyrénées-Orientales, Christian Bourquin critiquait régulièrement la ligne du parti ou du gouvernement. Il avait par exemple récemment fustigé la réforme territoriale qui prévoit une fusion entre les régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon. Il entendait lutter jusqu'au bout et avait d'ailleurs décidé de mettre une pétition en ligne.

 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !