Chômage : les chiffres de juillet dévoilés ce mercredi, nouvelle hausse attendue | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Chômage : les chiffres de juillet dévoilés ce mercredi, nouvelle hausse attendue
©Reuters

Pas bon

Chômage : les chiffres de juillet dévoilés ce mercredi, nouvelle hausse attendue

En juin, on recensait 3,55 millions de chômeurs en métropole, 3,82 millions en incluant les Outre-mer. Du jamais-vu.

Le gouvernement risque de faire encore grise mine ce mercredi soir, et les Français avec. Car les chiffres du chômage qui seront annoncés par Pôle emploi dans quelques heures ne s'annoncent pas meilleurs que les mois précédent. Juillet devrait être encore un mois de hausse. En juin, la situation était désastreuse puisqu'on recensait 3,55 millions de chômeurs en métropole, 3,82 millions en incluant les Outre-mer. Du jamais-vu. Il y avait même 5,7 millions de demandeurs d'emploi en ajoutant ceux exerçant une petite activité. En 16 mois, plus de 200 000 personnes supplémentaires ont poussé la porte d'une agence pour l'emploi.

Il faut dire que la croissance est en berne. Après un rebond de l'activité qui avait suscité l'optimiste au premier trimestre (0,7%), le coup d'arrêt du deuxième trimestre ("0,0%) a hypothéqué la prévision, notamment de François Rebsamen, qui annonçait jusque là une "baisse effective" du chômage "à la fin de l'année". Finalement, le ministre du Travail qui doit quitter le gouvernement dans les semaines qui viennent, a prévenu que "s'il n'y a pas de croissance, ce ne sera pas le cas".

Le gouvernement table sur 1% cette année, puis 1,5% en 2016, le niveau jugé nécessaire pour inverser la courbe du chômage. Mais la situation en Chine fait craindre une chute de la croissance. Lundi, François Hollande a tenu à rassurer les Français en expliquant que ce qui se passait en Asie n'aurait pas d'impact sur l'Europe et la France, la croissance mondiale étant "suffisamment solide".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !