Chômage : la presse analyse le "pari perdu" de François Hollande | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Chômage : la presse analyse le "pari perdu" de François Hollande
©

Revue de presse

Chômage : la presse analyse le "pari perdu" de François Hollande

Le président de la République s'était engagé à inverser la courbe du chômage d'ici la fin de l'année 2013. Ce n'est pas le cas puisqu'il a augmenté de 5,7% en 2013.

Au mois de décembre, la France comptait 10 200 nouveaux demandeurs d'emploi pour un total de 3,3 millions de chômeurs de catégorie A. Ce qui représente une hausse de 5,7% sur l'année 2013. Face à l'échec de l'inversion de la courbe, on l'a vu les réactions politiques se sont multipliées. Mais ce mardi, place aux analyses des éditorialistes de la presse quotidienne.

Rémi Godeau de L’Opinion se montre particulièrement virulent envers François Hollande. « Le chef de l’Etat a fait un pari. Il l’a perdu. A-t-il cru que sa boîte à outils suffirait à créer un choc d’embauches ? Perdu. A-t-il misé sur la croissance, revenue trop tard, trop faible ? Perdu » écrit-il. Et de juger que «le pari perdu de l’inversion de la courbe restera comme un exemple du genre.»



Dans Le Figaro, Gaëtan de Capèle regrette : « On n'a pas tout essayé ». « Non, la courbe du chômage ne s'est ni inversée, ni même stabilisée. Contrairement à ce que l'on nous serine, elle poursuit sa course folle vers les sommets ». Et le journaliste d'estimer : « Plutôt que pinailler sur les mots, François Hollande et son gouvernement gagneraient à regarder la situation telle qu'elle est, non telle qu'ils la rêvent. La vérité est que si la France compte autant de chômeurs, c'est que les entreprises n'embauchent pas ».

Dans Les Echos, Jean-Francis Pecresse reconnaît que «pour François Hollande l’inversion de la courbe du chômage n’était pas un défi tactique mais une conviction profonde.» « A tant céder aux emplois aidés, à trop croire aux vertus pourtant réelles de son crédit d’impôt compétitivité emploi, le chef de l’Etat espérait vraiment faire mentir les économistes. C’est l’économie qui le fait mentir», déplore-t-il. Et celui-ci d'assurer que après « le retour de la croissance, la baisse des déficits et, maintenant, l'inversion de la courbe du chômage : le chef de l'Etat vient de perdre son troisième pari économique ».

« La politique de l’offre décidée par le chef de l’Etat se heurte à trois réalités. La première est la prévision d’une croissance de moins de 1%, insuffisante pour créer des emplois. Ensuite, selon les analyses de l’OFCE, nombre d’entreprises encore en sureffectif resteraient peu enclines à embaucher. Enfin, malgré quelques déclarations d’intention, le patronat semble peu déterminé à soutenir la ligne gouvernementale »  écrit de son côté Eric Decouty dans Libération.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !