Chômage : Hollande croit à une diminution, 84% des Français pensent le contraire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Chômage : Hollande croit à une diminution, 84% des Français pensent le contraire
©

Sur la mauvaise pente

Chômage : Hollande croit à une diminution, 84% des Français pensent le contraire

Si l'on compare à janvier, où la même question avait été posée, les pessimistes ont gagné 9 points.

François Hollande l'a encore répété mardi lors de son déplacement à La Roche-sur-Yon, la courbe du chômage va s'inverser fin 2013. Cette méthode Coué ne semble pas porter ses fruits puisque dans un sondage Ifop pour l'hebdomadaire Valeurs actuelles, publié ce mercredi, 84% des Français ne croient pas que l'objectif du président puisse être atteint. Dans le détail, 41% des Français disent "probablement pas" et 43% répondent "certainement pas". 16% des Français, (des proches de François Hollande ?) ont répondu positivement. 14% disent "probablement" et 2% "certainement".

Côté couleur politique, pas vraiment de surprise. Les sympathisants de l'UMP et FN sont les plus sceptiques : respectivement 97 % et 96 % ne croient pas à l'engagement de François Hollande. A gauche, les sympathisants de gauche ont plus qu'un doute puisque 65 % ne pensent pas que le président atteindra son objectif.

Ils sont 35 % à y croire encore, mais seulement 3 % qui pensent que cela adviendra "certainement". Le temps passe et visiblement François Hollande a du mal à convaincre. Il reste cinq mois à attendre avant de savoir qui de lui ou des 84% de Français aura eu raison...


Ce sondage a été réalisé du 29 au 31 juillet par questionnaire auto-administré en ligne auprès d'un échantillon de 1 005 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.


En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !