Chômage : François Rebsamen reconnaît "un échec" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
François Rebsamen avoue que le gouvernement est en situation d'échec face au chômage
François Rebsamen avoue que le gouvernement est en situation d'échec face au chômage
©Reuters

Aveu

Chômage : François Rebsamen reconnaît "un échec"

Le ministre du Travail reste toutefois convaincu que la politique choisie est "adaptée à la situation économique" et "portera ses fruits".

La courbe ne se retourne toujours pas. Le nombre de chômeurs a en effet augmenté pour la neuvième fois consécutive en juillet 2014, a annoncé jeudi Pôle emploi dans sa publication mensuelle des chiffres du chômage. La France compte en effet 26 100 demandeurs d'emploi supplémentaires dans la catégorie A, soit une augmentation de 0,8%. Pire depuis le début du quinquennat de François Hollande, la Franc e compte 500 000 chômeurs de plus. Interrogé ce samedi à ce sujet sur France Info, François Rebsamen a assuré qu'il s'agissait d'un "échec". 

"C'est un échec, chaque mois j'en mesure la gravité. Derrière les chiffes ce sont des hommes et femmes qui souffrent, qui ont perdu leur travail souvent dans des zones industrielles anciennes où les entreprises n'avaient pas su évoluer, s'adapter à la production de produits innovants", a déclaré le ministre du Travail.

Mais François Rebsamen ne se veut pas défaitiste pour autant. "Je reste persuadé que la politique que nous menons est adaptée à la situation économique; il faut être pragmatique, elle va porter ses fruits", a-t-il affirmé. Et de conclure : "C'est long, c'est trop long....C'est vrai, le président de la République en est persuadé, c'est d'ailleurs pour ça qu'il nous demande de "booster" à travers le pacte de responsabilité et de solidarité".

 
Lu sur BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !