Chirac "protégé" par sa fille et son gendre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Chirac "protégé" par sa fille
et son gendre
©

Communication

Chirac "protégé" par sa fille et son gendre

Claude Chirac et Frédéric Salat-Baroux contrôlent de près l'ex-président.

L'entourage de Jacques Chirac a fait pression sur lui pour qu'il rectifie sa déclaration surprise indiquant samedi qu'il voterait pour François Hollande, lors d'une visite dans le musée qui lui est dédié, en compagnie du candidat à la candidature socialiste.

"Frédéric Salat-Baroux, l'ancien secrétaire général de l'Elysée, qui a épousé Claude Chirac en février, appelle son beau-père. Ce président qu'il s'est efforcé de confire dans la solennité pendant un quinquennat, conformément au voeu de Claude Chirac, se lâche, s'amuse et les réactions sont, à ses yeux, alarmantes. Au bout du fil, Jacques Chirac est pourtant d'une placidité exemplaire (...) Frédéric Salat-Baroux insiste, il ne sent pas cette affaire." écrit Le Monde dans une enquête signée Raphaëlle Bacqué et Béatrice Gurrey.

"M. Salat-Baroux a téléphoné à l'Elysée pour assurer que la petite phrase de l'ancien président n'est en rien une déclaration de guerre. Maintenant, il plaide, explique et finit par convaincre son beau-père d'endosser un communiqué pour l'AFP." ajoute Le Monde.

"Comment la fille et le gendre de Jacques Chirac ont-ils pu laisser passer cette " plaisanterie ", eux qui ont repris la main sur sa communication ? (...) Le nouveau couple a pris l'habitude de relire à la virgule près le " testament " du père. Et parfois même de l'écrire. (...) Elle veut " tout contrôler sans savoir déléguer ", mettre la main sur le vieux lion, elle " l'enferme " et le " stresse ", accusent certains. Son mariage avec M. Salat-Baroux n'a rien arrangé. "

Lu dans Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !