L'offensive sous-marine de la Chine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
L'offensive sous-marine 
de la Chine
©

Abyssal

L'offensive sous-marine de la Chine

Après un essai concluant, les scientifiques chinois espèrent emmener leur sous-marin à la profondeur record de 7 000 mètres sous l'eau.

5 057 mètres sous la mer.

C'est le nouveau record de profondeur atteint par un sous-marin habité chinois. Le Jiaolong, baptisé en référence à un dragon mythologique, a passé avec succès son deuxième test. Les scientifiques espèrent maintenant battre le record détenu par les Japonais (6 500 mètres) en descendant à 7 kilomètres en-dessous de la surface de la mer dès 2012.

La Chine est d'ores et déjà capable d'atteindre 70 % des fonds sous-marins du globe, et ses ambitions pourraient lui donner accès à 99,8 % de la surface terrestre subaquatique.

La prouesse n'est pas uniquement technologique car l'enjeu est de taille : il s'agit de mettre la main sur des gisements de zinc, de cuivre, de plomb mais aussi d'or et d'argent enfouis sous la mer. Les terres rares sont également visées. La Chine multiplie à cet égard les demandes de permis d'exploration auprès de l'Autorité internationale des fonds marins (où les Etats-Unis ne sont que des "observateurs" car ils n'ont pas ratifié la convention de l'ONU de 1982 portant sur le droit de la mer).

La Chine est désormais entrée dans le cercle très fermé des pays capables de descendre à de très grandes profondeurs sous-marines. le Japon a déjà atteint 6 500 mètres sous l'eau, la France et la Russie 6 000, et les Etats-Unis 4 500. Les Américains envisagent une descente à 6 500 mètres en 2015. Autant dire que la bataille pour le contrôle des fonds sous-marins ne fait que commencer...

Lu sur The Wall Street Journal

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !