Chine : la mort de 6.000 esturgeons freine la construction d'une zone d'écotourisme | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Environnement
Chine : la mort de 6.000  esturgeons freine la construction d'une zone d'écotourisme
©STR / AFP

Espèce menacée

Chine : la mort de 6.000 esturgeons freine la construction d'une zone d'écotourisme

Un chantier en Chine aurait provoqué la mort de milliers d'esturgeons chinois. Cette espèce est en danger critique d'extinction.

Un pont dans la province de Hubei était en construction près d'une ferme qui élevait le précieux poisson sur le fleuve Yang Tsé. Selon des précisions de la BBC, un site d'informations chinois a déclaré que les décès étaient "directement liés aux chocs, aux bruits et aux changements de sources d'eau".

Tous les travaux ont été arrêtés afin que des enquêtes puissent être menées. 

L'esturgeon chinois est une espèce qui remonte à plus de 140 millions d'années. Ces poissons sont capables de vivre jusqu'à 60 ans et peuvent atteindre jusqu'à cinq mètres de long. 

L'espèce est sur le point de disparaître à l'état sauvage à cause de la pollution et de la surpêche. Sa viande et ses œufs sont notamment vendus comme caviar. Les changements environnementaux tels que l'installation des barrages hydroélectriques qui surplombent le Yang Tsé, bloque l'accès à des espaces vitaux pour les poissons. 

La Chine avait lancé un programme de reproduction dans les années 1970 afin de sauver l'espèce. Selon les principales estimations, il y a environ 1.000 poissons adultes dans le pays. La ferme aquatique de Hengshang près de Jingzhou était un élément essentiel du programme ambitieux de reproduction. Depuis le début de l'année, plus de 6.000 bébés esturgeons ont été déclarés morts. 36 poissons âgés de 20 ans ou plus sont décédés également.

Selon des révélations de la rédaction de Thepaper.cn, les poissons ont été bouleversés par la construction voisine.   

Le ministère de l'Agriculture et des Affaires rurales en Chine a ouvert une enquête et a découvert que la construction du pont s'était introduite illégalement dans une réserve naturelle, a rapporté le China Daily. Un fonctionnaire du ministère aurait déclaré que toute personne jugée responsable serait tenue pour responsable en vertu de la loi sur la pêche.

BBC

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !