Chiffres du chômage : les Républicains demandent une commission d'enquête parlementaire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Le président du groupe LR au Sénat accuse l'exécutif de mettre "en place des dispositifs destinés à baisser artificiellement les statistiques".
Le président du groupe LR au Sénat accuse l'exécutif de mettre "en place des dispositifs destinés à baisser artificiellement les statistiques".
©ERIC PIERMONT / AFP

À la loupe

Chiffres du chômage : les Républicains demandent une commission d'enquête parlementaire

Constituée de 21 sénateurs issus de toutes les tendances politiques, cette commission doit publier ses conclusions en octobre 2016.

En raison de "bugs" à répétition dans les statistiques du chômage, le président du groupe Les Républicains (LR) au Sénat, Bruno Retailleau, a demandé ce mardi l'ouverture d'une commission d'enquête parlementaire dont la création est "de droit". 

Constituée de 21 sénateurs issus de toutes les tendances politiques, cette commission doit publier ses conclusions en octobre 2016. Bruno Retailleau assure dans un communiqué que "ces bugs restent inexpliqués", et accuse l'exécutif de mettre "en place des dispositifs destinés à baisser artificiellement les statistiques". 

"Cela doit être quantifié et les modes de calcul expertisés (…) Sur le sujet de l'emploi, priorité numéro 1 des Français, la plus grande transparence s'impose, et la question qui se pose est celle de la réalité du nombre de personnes sans emploi dans notre pays", ajoute le président du groupe LR au Sénat. 

La Dares, l'organisme en charge des statistiques du ministère du Travail, a récemment reconnu que la baisse du chômage observée en janvier 2016 s'est accompagnée de phénomènes "inhabituels" et "inexpliqués" qui compliquent la juste interprétation des chiffres. 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !