Charlie Hebdo : un élève menacé de mort après avoir soutenu le journal satirique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Charlie Hebdo : un élève menacé de mort après avoir soutenu le journal satirique
©Reuters

"Je suis Charlie"

Charlie Hebdo : un élève menacé de mort après avoir soutenu le journal satirique

L'entourage de Louis a d'abord cru "à une blague"

Louis est élève au lycée Marcelin-Berthelot, à Saint-Maur-des-Fossés, dans le Val-de-Marne et rédacteur en chef du journal de son lycée. Depuis les attentats de Paris en janvier dernier, auxquels il a réagi en faisant un numéro spécial Charlie Hebdo, le lycéen reçoit des menaces de mort. "On a cru à une blague", ont expliqué les proches de l'adolescent en découvrant l'enveloppe qui lui était destinée, contenant la première lettre de menaces et la couverture du journal barrée d'une croix gammée le 20 janvier dernier. Mais par la suite, Louis a reçu 6 autres lettres de menaces de mort, dont certaines accompagnées de balles de pistolet. Ses parents eux-mêmes, ont reçu une balle de pistolet chez eux.

Face à la gravité de la situation, les parents de Louis ont porté plainte et demandé une protection pour leur fils, mis en arrêt pendant 9 jours. Constatant cependant que rien n'y fait, les enseignants ont décidé de réagir en faisant jouer leur droit de retrait et ont obtenu un rendez-vous au rectorat de Créteil. " La ministre de l'Education nationale parle sans cesse de lutte contre le harcèlement. Nous sommes en plein cœur du sujet mais on ne nous prend pas au sérieux" a dénoncé l'une des professeurs de l'établissement. Une manifestation a été organisée cet après-midi pour dénoncer la situation de Louis. Christophe Deloire, secrétaire général de l'association Reporters sans frontière a expliqué que "les journaux lycéens font évidemment partie du monde de la presse et [qu']il faut les défendre".

Lu sur France Tv Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !