Charlie Habdo : une "une raciste" selon le grand mufti d'Egypte qui "va soulever une vague de haine" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Charlie Habdo : une "une raciste" selon le grand mufti d'Egypte qui "va soulever une vague de haine"
©

Pas d'accord

Charlie Habdo : une "une raciste" selon le grand mufti d'Egypte qui "va soulever une vague de haine"

Pour Chaouki Allam, la publication d'une nouvelle caricature de Mahomet en "Une" de "Charlie Hebdo" va semer le trouble parmi les musulmans du monde entier.

Le grand mufti d'Egypte s'insurge. Pour lui, la une de Charlie Hebdo est une nouvelle provocation. Pire, Chaouki Allam estime qu'elle constitue un acte raciste. Selon lui, cette une va inciter à la haine et semer le trouble parmi les musulmans du monde entier.

"Ce numéro va soulever une nouvelle vague de haine dans la société française et la société occidentale en général, et ce que fait le magazine ne milite pas pour la coexistence ou le dialogue entre civilisations. Il s'agit d'une provocation injustifiée à l'encontre des sentiments des musulmans du monde entier" a indiqué le grand mufti qui a aussi dénoncé les attaques ayant visé plusieurs mosquées en France après les attentats.

Chaouki Allam avait qualifié l'attaque contre Charlie Hebdo de "terroriste". Le nouveau numéro de Charlie Hebdo sera tiré à trois millions d'exemplaires et vendu dans 25 pays. Par ailleurs, l'instance représentant l'islam auprès des autorités égyptiennes, Dar al-Ifta, a "mis en garde" contre la publication d'un nouveau dessin représentant le prophète Mahomet"Cette action est une provocation injustifiée pour les sentiments d'1,5 milliard de musulmans à travers le monde" a dit Ibrahim Negm, le conseiller du Mufti de la république qui dirige Dar al-Ifta.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !